longue lecture
retro

Oen de Nord. Les cafés cyclistes gâtés du quartier nord de Bruxelles

par Mike Carremans & Johan Van Win le 16 mai 2022
Aujourd'hui, lorsque vous sortez de la gare de Bruxelles-Nord et que vous vous rendez sur la place Rogier, entourée d'une mer de verre et de béton, il est difficile d'imaginer à quel point la vie nocturne bruxelloise était animée ici, à l'ombre des Martinitoren, au milieu du siècle dernier. Situé à deux pas du vélodrome de Schaerbeek, et la Gare du Nord étant le point de départ et d'arrivée de nombreux coureurs nationaux et étrangers, plusieurs coureurs et anciens coureurs ont vu la nécessité de fournir à cette clientèle le gîte, le couvert et, sans oublier, une pinte de bière.
Wilde dannsse, kunde zwanze door de strotche on de Noord Woe da 'd de maskes, in ghloeze kaskes, wachte op ne milord

Entre les lueurs rouges des néons de la Vooruitgangstraat, un jaune se détache, celui du vainqueur du Tour 1935 : Romain Maes. Il est là, derrière le bar de son café "In De Gele Trui" (Dans le maillot jaune). Que ce soit pour une tomate crevette de 45 Fr ou les résultats de Paris-Bruxelles, cette course classique qu'il n'a pas pu mettre dans son palmarès, vous pouvez aller voir Romain. L'homme, à qui l'on reprochait régulièrement, lorsqu'il était jeune cavalier, de vivre comme un bon vivant, fait aujourd'hui le bonheur de ses clients. Avec "Au Maillot Jaune", Maes s'inscrit dans la tradition de tant de cyclistes qui ouvrent un café après leur carrière. Un phénomène qui a fait son apparition dans ce quartier de Bruxelles lorsqu'un autre exilé de Flandre occidentale, Miel Abeele, plus connu sous le nom de Roste Kegel, s'est établi dans la rue Rérézo.

Zérézo 44, Au bien être

Le 15 décembre 1870, le petit Miel Gustave Abeele naît à Veurne, au cœur du Westhoek. A l'époque où Cyriel Van Hauwaert et ses associés se lancent au début du XXe siècle et découvrent le cyclisme professionnel sur les routes françaises, Abeele les suit en tant que touche-à-tout. Sans connaissance approfondie de l'anatomie humaine, mais avec une bonne dose de cran, certains des porteurs de valise se mettent aussi à masser les jambes des cyclistes. Certains d'entre eux se forment efficacement, tandis que d'autres "soigneurs" continuent à ne jurer que par le pétrissage et l'application d'une pommade collante et brûlante. Abeele explore le monde du cyclisme et fait en même temps des petits boulots dans des hôtels de la côte et de Bruxelles.

Lorsque, après l'ouverture du vélodrome de Bruxelles en 1913, de plus en plus de cyclistes sont venus à Bruxelles, Abeele a vu sa chance. Il savait mieux que quiconque que les cyclistes préfèrent s'installer avec leurs pairs à des adresses fiables où le gérant sait ce que les sportifs mangent, quand et en quelle quantité. À cette époque, les hôtels sont encore des lieux destinés uniquement à permettre à la bourgeoisie de se baigner dans un luxe incommensurable, et sont donc inabordables pour les cyclistes ordinaires. Les pensions de famille sont l'option la moins chère, mais la qualité des logements peut varier considérablement, allant d'entreprises familiales très propres à de minables vides sanitaires avec peu ou pas d'hygiène. Les Flamands de l'Ouest, qui avaient émigré entre-temps, ont donc vu un vide dans le marché.

Juste avant la Première Guerre mondiale, il a ouvert son "Au Bien Être" au 44 de la rue Zérézo, au milieu du quartier rouge de Bruxelles, entre des bordels célèbres comme "le Chat Noir" et "le Pélican". Les clients sont les bienvenus au "Bij Emile De Veurnaare". Plus tard, sur le côté d'un "Au Bien Être" renouvelé, "Roste Kegel" apparaît également en grandes lettres, un surnom qu'il doit à ses cheveux roux et à Karel Van Wijnendaele, grâce auquel il a contribué à Sportwereld sous ce pseudonyme. Il est clair que l'activité de Rostes se situe dans le quartier rouge de Bruxelles, car les chambres qu'il met à disposition peuvent être louées à l'heure. Les cavaliers sont souvent les seuls à les utiliser pour passer la nuit.

Miel et sa femme gèrent ensemble l'entreprise et distribuent des tickets promotionnels, le jour au vélodrome de la Jerusalemstraat, le soir à la gare du Nord. Au Bien Être " est rapidement devenu le lieu de rendez-vous de nombreux cyclistes de la Flandre occidentale. Le sens des affaires de Miel Abeele ne passe pas inaperçu et trouve un écho particulier dans le milieu cycliste bruxellois. Ainsi, dans le sillage de "Au Bien Être", divers établissements de restauration sont créés dans le quartier Nord, qui sont gérés par des (ex-)cyclistes.

Hôtel Café Restaurant Piet Van Kempen

Le 9 novembre 1918, le jeune Piet Van Kempen décide de fuir son service dans l'armée néerlandaise et saute sur son vélo pour aller à Bruxelles. Il a entendu beaucoup de bonnes choses sur la vie cycliste dans le sud de la Belgique de la part de soldats belges qui ont été internés aux Pays-Bas et qui étaient eux-mêmes des coureurs cyclistes. Une fois installé à Bruxelles, il épouse Fien Boogmans, sœur des cyclistes René et Marcel Boogmans. La famille de coureurs l'aide au départ de ses premières courses de six jours et sa femme Fientje gère le joueur Piet. Van Kempen, qui est l'un des pilotes de course les mieux payés de l'entre-deux-guerres, se constitue une fortune.

Le Néerlandais a cessé de courir en 1939, alors que sa dernière victoire avait déjà deux ans de retard. Avec Fientje, il a ensuite repris un hôtel non loin de "Au Bien Être" d'Abeele. Un cavalier en néon bleu-blanc-rouge orne la façade de l'Hôtel Café Restaurant Piet Van Kempen, situé au 16 de la Bolwerklaan, dos à dos avec le futur hôtel Sheraton. Tout comme dans le cas de Miel Abeele, il est devenu un lieu de séjour pour les cyclistes et un lieu de rencontre après les grands événements sportifs. De derrière le bar, il a défié un jeune Adelin Van Simaeys, qui affirmait que les coureurs modernes étaient plus polyvalents que la génération de Van Kempen. La guerre empêche la réalisation du défi. Van Kempen est forcé de cantonner des soldats allemands et commet des fraudes avec les certificats de cantonnement. Le marché noir des pièces détachées de vélos et de la nourriture est florissant à Van Kempen.

Big Pete devient Zwart Piet, mais ce nom est éclairci après la guerre lorsqu'il s'avère que Van Kempen a permis à des familles juives de se cacher dans ses propriétés de Bruxelles. En 1951, Piet et Fien quittent l'hôtel et fondent la société PVK, avec laquelle ils ont créé plusieurs projets immobiliers réussis.

Au Maillot Jaune

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Maes met un terme à sa carrière sur la route. Les querelles qu'il avait avec son homonyme Sylvère Maes sont réglées et ensemble ils passent les années de guerre sur la piste. Les deux vainqueurs du Tour portant le même nom forment ensemble une marque forte. Lorsqu'il raccroche enfin sa casquette de cycliste en 1944, il suit son compagnon dans l'heimat de Gistel pour ouvrir lui-même un café. Dans le café Paris-Bruxelles, il brille pendant deux ans avant de passer à Bruxelles.

À Bruxelles, Maes ouvre son café "Au Maillot Jaune" au 43 de la rue Vooruitgang, près de la place Rogier. Au Maillot Jaune " devient avant tout un lieu pour les fans de cyclisme de Flandre occidentale. Mais aussi les nombreux miliciens qui changent de train à Bruxelles pour le "Verlofgangers Trein" allemand et s'arrêtent d'abord chez Romain.
Romain Maes n'a pas participé à la course, il a un café à la Gare du Nord à Bruxelles. C'est un peu une tradition que lorsqu'on a terminé une grande tournée, on ouvre un café...
Jos Ghysen journaliste radio

Tout comme Roste Kegel et Piet Van Kempen, Maes loue également des chambres. Il est très utilisé par les professionnels qui doivent prendre leur train pour se rendre à des rencontres par étapes en France, en Allemagne, en Suisse ou à des courses par étapes à l'étranger. L'établissement de Maes est aussi souvent le lieu où le matériel de course est déposé quelques jours à l'avance avant d'être mis dans le train pour un pays étranger. La Place Rogier, qui se trouve à proximité du café de Maes, est également le point de départ de diverses courses. Les formalités ne demandent qu'à être accomplies au Maillot, puis c'est parti pour n'importe quel endroit du pays où un spectacle est proposé, qui peut même commencer dans l'inatteignable ville de Bruxelles. Pour cette seule raison, elle devrait être une course importante, même s'ils ne distribuent qu'un petit nombre de numéros.

Souvent, tant pour les organisateurs que pour les coureurs, le voyage est plus important que la course. Ce genre de course n'est jamais lancé dans le centre-ville, car à ce moment-là, le trafic à Bruxelles est déjà assez lourd. Souvent, le peloton et le cortège partent avec quelques cygnes bruxellois moustachus en tête, selon la destination finale vers le Boulevard Lambermont, la Chaussée de Tervuren ou Koekelberg. Pour faciliter cela, Maes, qui est lui-même originaire de Zerkegem, utilise ses contacts bruxellois. Du matin, lorsque les lève-tôt des villages lointains descendent dans leurs plus beaux costumes, jusqu'à la fin de la soirée, la bière continue de couler au robinet.

Café De La Campine

Quelques années après Romain Maes, en 1954, le portier de Strombeek Nest Thyssen s'installe dans le café "De La Campine", à quelques mètres de sa porte. Il reprend le pub d'un certain Jules Deckx. A l'époque de Deckx, ce pub-hôtel est déjà connu des cyclistes. Alors que le Maillot est souvent le point de rencontre des courses vers l'Ouest, les courses vers la Campine et le Hageland ont débuté à De La Campine. Si Thyssen a lui-même créé l'émoi de son propre public au vélodrome d'hiver de Schaerbeek, il réussit en 1951 à ajouter une course de six jours à son palmarès : celle de Saint-Etienne, aux côtés du Woluwéen Robert Naeye.

De La Campine" devient également une base populaire pour stocker des vélos ou fournir du matériel avant de prendre le train. Mais ce n'est pas seulement avec la course que Maes et Thyssen gagnent leur vie. Il arrive le plus souvent qu'à Nest, les rideaux soient tirés et que les cartes soient sorties en même temps que le cognac, et que de grosses sommes soient jouées. Maes, quant à lui, étend ses activités commerciales dans le Noordwijk à l'autre côté de la ligne de chemin de fer, où il possède, dit-on, quelques maisons avec des filles de plaisir...

Alors que Maes continue à servir ses clients, l'ancienne station de Bruxelles-Nord disparaît. À partir de 1958, "Au Maillot Jaune" sera éclipsé par la tour Martini, conçue par l'architecte bruxellois Jacques Cuisinier, également connu pour son bâtiment Brusilia à Schaerbeek, qui se dresse exactement à l'emplacement de l'ancien vélodrome d'hiver. Peu après, Maes quitte "Au Maillot Jaune" et s'installe dans un appartement à l'extérieur du centre de Groot-Bijgaarden.

Le déclin d'"Au Maillot Jaune" a commencé en même temps que le vidage du quartier nord et la frénésie du béton qui avait déjà commencé à la fin des années 1950. Maes lui-même continue à vivre à Groot-Bijgaarden et, en 1969, fait son retour dans le secteur de la restauration à Bruxelles. Il est devenu gérant d'un commerce sur la Grote Markt, qui, il est vrai, ne fait plus référence à son glorieux passé de cycliste.

Lorsque Eddy Merckx devient jaune dans le Tour cette année-là, Romain Maes est le dernier vainqueur belge vivant du Tour ─ Sylveer Maes est mort depuis trois ans. En cette qualité, Maes est un invité très demandé pour des interviews et fait souvent une apparition dans les studios de la BRT. Sa présence au sein de la chaîne publique lui vaut également un emploi d'ouvreur. L'ancien Maillot Jaune a finalement vécu jusqu'à 71 ans.

serviceKoers - FR

Votre navigateur ne répond pas aux exigences minimales requises pour afficher ce site web. Les navigateurs ci-dessous sont compatibles. Si vous ne disposez pas d'un de ces navigateurs, cliquez sur l'icône pour télécharger le navigateur souhaité.