longue lecture
interview
retro

Christiane Goeminne sur deux décennies dans le peloton féminin : "Maintenant, elles courent avec intelligence, à notre époque, elles ne le faisaient pas."

11min temps de lecture   par Hermien Vanbeveren le 05 juillet 2022
Le dimanche 3 avril, Mathieu Van der Poel et Lotte Kopecky remportent le Tour des Flandres. C'est la gagnante f√©minine qui ouvre le Sportweekend, une belle illustration de la mont√©e en puissance du cyclisme f√©minin ces derni√®res ann√©es. Christiane Goeminne courait √† une √©poque o√Ļ certains journaux interdisaient m√™me d'√©crire sur le cyclisme f√©minin. En m√™me temps, le cyclisme rev√™tait une importance cruciale pour elle, car il lui permettait de contrecarrer certaines attentes et de rompre avec un parcours de vie d√©j√† trac√©. "Le cyclisme √©tait un moyen de s'√©chapper et √ßa a bien march√©."

Christiane, "Chris", Goeminne a passé deux décennies sur un vélo de course, de 1960 à 1979. En 20 saisons, elle a remporté 163 victoires sur la route et sur la piste. Elle mentionne fièrement ce numéro lorsque nous regardons quelques photos de Chris en train de courir dans le garage de sa maison à Audenarde. Avec pratiquement aucun soutien, elle a mené une grande carrière. Une carrière dont, à 81 ans, elle peut encore parler dans les moindres détails et qu'elle regarde avec des yeux rogues. En même temps, elle est aussi un peu nerveuse à propos de cet entretien. Comme à l'époque, sur le vélo, surtout avant les grands championnats. Mais nous en reparlerons plus tard.

"Toi aussi, tu peux le faire!"

Pour le d√©but de son aventure cycliste, il faut remonter √† l'hiver 1960. "En fait, √ßa a commenc√© tr√®s b√™tement √† cause d'une soir√©e sportive √† Elsegem, o√Ļ des femmes faisaient du roller. Un coll√®gue m'avait demand√© de venir."

Jusque-l√†, elle n'avait pas pens√© au fait que c'√©tait possible, des femmes sur un v√©lo de course. Bien qu'elle se souvienne avoir vu deux femmes sur un v√©lo de course un an plus t√īt. Tu sais ce que j'ai vu aujourd'hui?", j'ai dit √† mon p√®re, "J'ai trouv√© √ßa g√©nial. "Je pensais que c'√©tait le meilleur, m√™me s'ils roulaient tr√®s lentement", dit-elle en riant.

Et maintenant qu'elle y pense, son amour pour la vélo (de course) s'est déjà manifesté. "Quand j'étais plus jeune, deux coureurs qui participaient au Tour de Belgique pour amateurs ont un jour passé la nuit chez nous. Je ne pouvais pas m'éloigner de leurs vélos! Mais en tant que fille, commencer à courir semblait impossible. Surtout à Audenarde, qui était une ville très étroite d'esprit.

Retour √† la soir√©e sportive √† Elsegem. Dans la salle, les r√īles √©taient sur une sc√®ne et Chris se souvient encore tr√®s bien des participants. "Marie-Th√©r√®se Naessens, Denise Bral, Simonne Ellegeest et Monique Maes", √©num√®re-t-elle. "Mon coll√®gue m'a dit: "Allez Chris, tu peux faire √ßa aussi! Et c'√©tait en fait le d√©but."

Il a fallu convaincre ses parents et ses quatre sŇďurs - Chris √©tait la plus jeune des cinq -. Quelque chose qui n'a jamais vraiment march√©. Mais elle est rest√©e sur ses positions. Elle a d√Ľ se d√©brouiller pour avoir un v√©lo de course elle-m√™me. Le fait que son p√®re soit ind√©pendant et qu'il s'occupe de motos et un peu de bicyclettes n'est pas pour rien. Elle pouvait donc aller voir les grossistes. "Mais un v√©lo de course comme √ßa, √ßa co√Ľte cher, 4 000 francs ! Heureusement, un concessionnaire m'a permis d'acheter en plusieurs fois. Et c'est comme √ßa que j'ai commenc√©."

Regarder les culs

Le 12 mars 1960, √† l'√Ęge de 18 ans, Chris participe √† sa premi√®re course, √† Harelbeke. "C'√©tait une sorte d'acte de soutien pour les pros. Il y avait beaucoup de monde! Ces hommes sont venus pour regarder nos culs, mais je m'en fichais."

Bien que cela ne leur plaise pas, sa m√®re et certaines de ses sŇďurs l'ont accompagn√©e. "Elles pensaient que je serais bon d√®s le d√©part, mais ce n'est pas le cas. Je devais encore tout apprendre: rouler avec des vitesses, rouler dans un peloton, ... . J'ai essay√© de suivre, c'est tout ce que je pouvais faire." Pourtant, elle pouvait √™tre tout √† fait satisfaite du r√©sultat de ses d√©buts : 21e sur une quarantaine de coureurs. "Le 20e a eu 100 francs, donc je n'ai pas eu de prix."

Ses premi√®res ann√©es de course ont surtout √©t√© consacr√©es √† l'apprentissage, pas √† la victoire, et encore moins √† la comp√©tition pour la victoire. Elle en a eu la primeur en 1962, lors de sa troisi√®me ann√©e. "C'√©tait √† Rotheux, une course en trois s√©ries. J'√©tais s√Ľr d'avoir gagn√©, mais je n'ai pas eu mon bouquet! Ils pensaient que c'√©tait Yvonne Reynders, mais elle n'est arriv√©e que 8e dans la derni√®re course. Alors que j'√©tais d√©j√† en train de me changer, ils sont venus me donner les fleurs. Ces fleurs ne sont qu'un souvenir, le troph√©e (compact) de cette premi√®re victoire est toujours l√† - dans le grenier, bien s√Ľr. Mais contrairement √† de nombreux autres troph√©es et sautoirs, elle ne l'a pas jet√©.

Un coup de pouce d'André et Briek

Ses premières années ont été, au sens propre comme au figuré, une recherche d'une place dans le peloton féminin. Et trouver le bon matériel a également été une quête, avec pratiquement aucune aide. De temps en temps, on la poussait un peu, cependant. Son père a demandé à Firmin Van Kerrebroeck (six fois champion de Belgique de cyclo-cross) de venir voir son vélo. "Votre vélo est beaucoup trop grand", a-t-il dit. Un an plus tard, il m'a acheté une Peugeot plus petite.

Par l'interm√©diaire de Van Kerrebroeck, elle entre √©galement en contact avec Andr√© Stevens, un soigneur. Il lui a appris √† conduire le v√©lomoteur. "Il pouvait vraiment me stimuler et me convaincre que je pouvais le faire. Mais ensuite il a divorc√© et a d√©m√©nag√©, ce qui √©tait dommage. S'il avait pu m'aider plus longtemps, ma carri√®re aurait peut-√™tre pris une tournure diff√©rente." Apr√®s le d√©part d'Andr√©, il n'y avait personne pour reprendre ce r√īle? "Non, j'ai d√Ľ le faire par moi-m√™me √† nouveau. Mais j'ai aussi aim√© faire √ßa. N'oubliez pas qu'√† l'√©poque, vous ne pouviez pas sortir, vous deviez avoir un amant! Je pourrais le faire en faisant de la course. C'√©tait un moyen de s'√©chapper et √ßa a bien march√©."

Ainsi, lorsqu'il est question de course (pour les femmes), ne pensez pas √† une √©quipe, √† des m√©caniciens ou √† tout autre soutien. Bien que Goeminne mentionne Briek Schotte, comme l'un des rares √† avoir essay√© d'aider le cyclisme f√©minin. Gr√Ęce √† l'intercession de Denise Bral et Rosa Sels, Briek lui a offert un v√©lo. "C'√©tait en 1964. Il fallait √™tre assez bon pour √ßa, c'√©tait aussi un signe que vous √©tiez accept√©."

Yvonne, Rosa et Nicole

Mais Goeminne cherche et trouve sa voie et devient un bon coureur sur la route et certainement sur la piste, avec un bon sprint dans les jambes. Petit √† petit, elle a √©galement commenc√© √† participer √† des courses √† l'√©tranger, notamment en Italie et en France, o√Ļ, par exemple, les frais √©taient pay√©s et o√Ļ il y avait souvent aussi de l'argent de d√©part (qui finissait parfois dans d'autres poches).

Gr√Ęce √† l'intercession de Goeminne, la jeune Nicole Van Den Broeck a √©galement pu se rendre √† une course en Italie. "Mais elle ne pouvait pas suivre ! De retour en Belgique, j'ai convenu avec elle de m'entra√ģner deux fois par semaine √† Alost et dans les environs. J'ai en fait lanc√© sa carri√®re, oui." La relation avec Van Den Broeck s'est d√©velopp√©e, mais s'est termin√©e de fa√ßon am√®re. "J'ai v√©cu avec Nicole pendant trois ans et nous avons beaucoup couru en France et en Italie √† l'√©poque. Mais quand notre relation a pris fin en 1969, elle a continu√© √† me traquer et √† me harceler, elle a aussi mont√© tout le monde contre moi. J'√©tais alors dans un √©tat tr√®s profond et mes courses en ont √©galement souffert : je ne pouvais m√™me plus participer aux d√©jeuners!". C'est un coll√®gue qui l'a aid√©e √† sortir du marasme et l'a relanc√©e pour la course, et apr√®s quelques ann√©es, elle s'est r√©tablie.

Sur ses plus de 160 victoires, Chris en a remporté un bon nombre sur la piste ("monter haut sur la piste, tout le monde n'osait pas faire ça, mais moi oui !"). Sur la route, elle a surtout brillé par sa régularité et ses nombreuses places d'honneur, dont cinq podiums sur une Championnat belge et deux top 5 à une Championnat du Monde.

Il manque peut-√™tre le titre ultime, mais dans les grands moments, sa nervosit√© a jou√© un r√īle. Et aussi le fait qu'elle devait souvent se mesurer √† une star telle qu'Yvonne Reynders. Elle √©tait probablement la meilleure Belge de cette p√©riode : 4 fois championne du monde et 3 fois championne de Belgique, comme le montre un rapide coup d'Ňďil √† son palmar√®s. "Elle n'allait certainement pas vous aider si elle pensait que vous pouviez faire mieux qu'elle. Elle avait aussi une "grande valve", qui √©tait vraiment un num√©ro ennuyeux. Mais elle √©tait tr√®s bonne."

Bien qu'il y ait quelqu'un d'encore plus talentueux aux yeux de Chris. "Rosa Sels, la soeur de Ward. Elle avait un talent pur. Elle pouvait aussi tr√®s bien se faufiler dans le peloton, se diriger formidablement. Et si elle n'a pas couru pendant un certain temps, il suffit de lui donner quelques semaines pour qu'elle vole √† nouveau! Elle a d√Ľ s'arr√™ter apr√®s une chute, en 1966 je crois. Un grand dommage, car elle ne provoquait pas de jalousie. Je l'appellerais vraiment une amie."

La guerre pour l'arc-en-ciel sans tactique

Chris a toujours combin√© la course avec un boulot ("la course √©tait ch√®re et j'aimais rouler avec du bon mat√©riel"), dans l'usine Samsonite. Dix fois, elle a litt√©ralement d√Ľ faire ses valises parcequ'elle √©tait s√©lectionn√©e pour la Championnat du monde, la premi√®re fois en 1965 en Espagne. Ces s√©lections ont √©t√© faites par la f√©d√©ration de cyclisme, mais selon Chris, il ne s'agissait gu√®re plus que de mettre les noms sur papier. "En 1965, je suis devenu champion de Flandre orientale, √† Eeklo. Le patron de la f√©d√©ration m'a dit: "Je ne te connais pas, mais tu vas aller aux championnats du monde"! Sur la piste (les championnats du monde sur piste ont suivi la semaine apr√®s ceux sur route), je me sentais beaucoup mieux dans le sprint, j'√©tais champion de Belgique, et pourtant j'ai d√Ľ courir la poursuite. Pourquoi ne m'ont-ils pas laiss√© commencer le sprint ?"

Il n'y avait √©galement personne pour les entra√ģner pendant une telle Championnat du Monde. Les coureurs ont-ils discut√© de leur propre tactique? "Non, pas du tout, c'√©tait √† chacun d'entre nous de d√©cider. Souvent, nous ne savions pas √† l'avance √† quoi ressemblait le cours." Lors des championnats du monde de 1973 √† Barcelone, o√Ļ Van Den Broeck a gagn√©, Chris est pass√© tout pr√®s d'une m√©daille. Elle a termin√© quatri√®me. " J'ai fait l'erreur de vouloir rouler avec un mat√©riel trop l√©ger. Alors tu ne peux pas bien prendre les virages. J'aurais d√Ľ choisir d'autres roues plus robustes."

Un an plus tard, √† Montr√©al, elle a termin√© dixi√®me, mais l√† encore, il y avait plus. Apr√®s une premi√®re chute ("Beryl Burton √©tait l√† aussi"), elle n'a pas r√©ussi √† d√©tacher sa ceinture imm√©diatement. "Il n'y avait presque personne qui regardait, alors personne n'est venu aider. J'ai d√Ľ chasser pendant un long moment et ce sont les Belges qui √©taient en t√™te. "Ces gens moches", ai-je dit. Toute la course √©tait une course de d√©passement et avec un coureur vide dans le dernier tour, j'ai quand m√™me termin√© dixi√®me."

"Il y a aussi eu des Championnats du Monde o√Ļ des soigneurs m'ont dit: laisse-moi te pr√©parer, alors personne ne pourra te suivre. Cela s'est pass√© √† plusieurs reprises. Mais j'ai toujours refus√©. Apr√®s avoir arr√™t√©, j'ai revu l'un des soigneurs. "Bon sang, tu ne m'as pas laiss√© faire", a-t-il dit. Il le regrette encore.

Le dopage a donc fait surface dans le peloton féminin également. "Certainement dans mes premières années, ils faisaient toutes sortes de choses. Parfois, ils l'ont même mis dans la poche de mon maillot, des hommes qui se promenaient sur le parcours. C'était un peu comme avec les drogues, ils vous font passer des tests et ensuite vous ne pouvez plus vous en passer. Mais je ne l'ai jamais prise, cette petite pilule a fini dans la lessive", dit-elle en riant.

Enfin dans Het Volk

Avec très peu de soutien et de conseils, Chris s'est construit une belle carrière. Qui s'est terminée de la manière parfaite: par une victoire. "Cela a toujours été mon souhait, de gagner ma dernière course. C'était à Wilrijk.

Elle souhaite mettre en avant l'une de ses nombreuses victoires : lorsqu'elle est devenue championne de Belgique de sprint pour la première fois sur la piste de Rocourt en 1965. "Dans le journal catholique Het Volk, il n'était normalement pas permis d'écrire sur le cyclisme féminin. Mais ma victoire à l'époque y était quand même, et elle était assez grande!

Apr√®s sa carri√®re, Chris a aid√© plusieurs cavaliers dans leur formation, avec des conseils ou du mat√©riel. Josiane Vanhuysse entre autres, ou Patsy Larno. Elle a essay√© de leur apporter le soutien qui lui manquait √† elle. "J'ai d√Ľ tout faire moi-m√™me et me d√©brouiller. Ma carri√®re aurait pu √™tre diff√©rente. Mais quand j'y repense, c'√©tait quand m√™me tr√®s beau."

Je ne pouvais pas et ne tolère pas que les spectateurs se moquent des femmes. Il y a environ trois ans [...], j'ai entendu un groupe d'hommes dire : "ils devraient être dans la cuisine". J'étais vraiment en colère! Comment est-ce possible, à notre époque?
Christianne Goeminne

Et elle suit toujours les courses cyclistes. Quand Chris ne dort pas bien, elle veut regarder à nouveau une course de femmes. "La façon dont ils courent maintenant est plus belle. Ils courent avec intelligence, ce qui n'était pas le cas à mon époque.

Il y a une chose qu'elle a encore besoin de faire sortir de sa poitrine. "Je ne pouvais pas tolérer et je ne tolère pas que les spectateurs se moquent des femmes. Il y a environ trois ans, je suis allé voir le Tour des Flandres féminin et j'ai entendu un groupe d'hommes dire : "elles devraient être à la cuisine". J'étais vraiment en colère! Comment est-ce possible maintenant, à notre époque?"

Christiane Goeminne

Christiane Goeminne est une cycliste belge.
serviceKoers - FR

Votre navigateur ne r√©pond pas aux exigences minimales requises pour afficher ce site web. Les navigateurs ci-dessous sont compatibles. Si vous ne disposez pas d'un de ces navigateurs, cliquez sur l'ic√īne pour t√©l√©charger le navigateur souhait√©.