11min temps de lecture   par Dries De Zaeytijd le 25 juin 2021
"Si j'ai gagné le Tour de France féminin ? Pour être honnête, je ne le sais toujours pas." Heidi Van De Vijver, la meilleure cycliste belge dans les années 1990, n'est toujours pas sûre après dix-neuf ans. En 1993, Heidi termine deuxième du Tour Cycliste Féminin, une course à étapes française en juillet. Deux mois plus tard, elle remporte le Tour de la C.E.E., une organisation du fondateur du Tour de France pour les hommes. Mais laquelle de ces deux courses était le "vrai" Tour ? Une tentative de démêler le nœud gordien.

Patron du Tour et directeur de la Société du Tour de France, Félix Levitan est à l'origine de la première édition du Tour de France Féminin en 1984. Lévitan s'inspire de son compatriote Jean Leulliot, qui avait déjà organisé en 1955 un (unique) Tour Féminin. En 1984, le Tour compte 36 participants, avec des délégations des Pays-Bas, du Canada, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Du 30 juin au 22 juillet, dix-huit étapes sont disputées sur le même parcours que le "Tour masculin", mais dans une version plus courte. La Néerlandaise Mieke Havik remporte la première étape et devient ainsi, sans compter la version 1955, la première femme geletruidrager de tous les temps.

Une lettre à la poste le lundi pour être au départ du Tour le vendredi, c'est un peu excessif.
Josiane Vanhuyse

Un an plus tard, avec Josiane Vanhuyse, Nadine Fiers, Greta Fleerackers, Marina Mampay, Maria Herijgers et Ingrid Mekers, une équipe belge apparaît pour la première fois au départ. Vanhuyse, le champion belge en titre, écrit l'histoire le 5 juillet 1985 en étant le premier Belge à remporter une étape du Tour. Het Volk cherche immédiatement les raisons pour lesquelles il n'y a aucune femme belge dans la première édition. " La Ligue qui n'avait jamais été aussi enthousiaste à l'égard du cyclisme féminin, les a laissées à la maison en prétextant qu'elles devaient participer aux Jeux olympiques plus tard dans l'été. Mais cela s'est avéré être une aubaine car le B.O.I.C. n'a pas sélectionné de cavalières." Le fait que la Royale Lige Vélocipédique belge (RLVB) n'était pas vraiment enthousiaste à l'égard du cyclisme féminin s'est également manifesté par la décision très tardive de constituer une délégation pour le Tour. "Une lettre à la poste le lundi pour être au départ d'une telle entreprise le vendredi, c'est trop pour moi", a déclaré une Josiane Vanhuyse irritée dans Het Volk.

Cependant, le manque d'enthousiasme du RLVB ne se reflète pas dans le soutien apporté aux dames. L'équipe féminine peut compter sur un chef d'équipe, un mécanicien et un concierge. Un tel entourage est un pur luxe dans le cyclisme féminin de l'époque. De plus, la Société du Tour de France garantit une excellente organisation. Le public est également présent en grand nombre. Le fait que les femmes passent quelques heures avant les hommes n'est pas surprenant. Vanhuyse est également le meilleur Belge en 1986 avec une dix-septième place au classement final. Cependant, les années suivantes, le cirque du Tour se déroule sans coureurs belges. La Française Jeannie Longo réalise un triplé et remporte le Tour de France Féminin trois années de suite.

Le Tour de la C.E.E. féminin

En 1990, la Société du Tour de France change de cap. L'organisation transforme le Tour de France Féminin en une course internationale et change son nom en Tour de la C.E.E. féminin, ou Tour de la Communauté européenne. La course passe de juillet à septembre et le parcours n'est plus une impression du tour masculin, mais traverse également l'Angleterre et la Belgique.

Pour Heidi Van De Vijver, le Tour de la C.E.E. est une première grande expérience de tour international. "Les maillots de leader du Crédit Lyonnais, les fameux lions, Bernard Hinault en maître de cérémonie, ... tout y était. Nous avons simplement repris la flotte et l'infrastructure du Tour pour hommes en juillet". Avec sa compatriote Kristel Werckx, Van De Vijver (20 ans) fait immédiatement des débuts très remarqués. Werckx termine septième, Van De Vijver dixième. Sa coéquipière Josiane Vanhuyse : "Heidi avait un talent pour le tour, on le voyait tout de suite. Elle vivait déjà à 100% pour sa profession et était un exemple pour tous."

Les éditions de 1990 et 1991 sont presque entièrement gagnés par les Néerlandais. En 1990, Leontien Van Moorsel et Astrid Schop ont terminé après la Française Cathérine Marsal. Un an plus tard, Schop était sur la plus haute marche du podium, Van Moorsel une marche plus bas.

Le Tour de Cycliste Féminin

Le fait que les Pays-Bas, avec la France, dominent le cyclisme féminin international est également évident dans le Tour de cyclisme féminin, une nouvelle initiative de Pierre Boué-Merrac. L'organisateur Boué veut organiser un Tour pur sang féminin, avec uniquement des étapes en France. La première édition débutera en août 1992 et est totalement distincte de la Société du Tour de France, ce que l'organisateur Boué aime à souligner : "Nous avons baptisé notre course Tour de Cycliste Féminin, pour bien montrer qu'il s'agit d'une course différente et nouvelle".

Selon Heidi Van De Vijver, cette distinction était très claire. "Il y avait une grande différence entre les deux courses en termes d'organisation. Pendant le Tour cycliste, nous avons dû dormir dans des écoles ou des hôtels de troisième ordre, ce qui n'a jamais été le cas pour le Tour de France. Après chaque étape, il fallait parfois parcourir une centaine de kilomètres pour rejoindre notre lieu de repos. À un moment, nous nous sommes même arrêtés parce que c'était trop mauvais." Le parcours de la course, en revanche, n'a pas posé de problème. "Dans le Tour de 1992, j'ai réalisé pour la première fois que je pouvais vraiment grimper. J'avais gagné le Tour de Belgique, mais courir en France, c'était autre chose. Dans l'étape avec arrivée à Luz-Ardiden, j'ai terminé deuxième. Dans la dernière étape sur l'Alpe d'Huez, j'ai pu prendre suffisamment de distance pour assurer la troisième place au classement général derrière Leontien Van Moorsel et Jeannie Longo."

Dans le Tour de la C.E.E. féminin de cette année-là, Van De Vijver est capable de maintenir sa courbe de forme. Avec deux Belges, elle fait partie d'une équipe dite mixte, c'est-à-dire une équipe composée de coureurs de différents pays. "Cette équipe mixte m'a probablement coûté ma première victoire au classement général. Dans de telles courses par étapes, vous avez vraiment besoin d'une équipe forte, entièrement belge, qui roule à votre service. C'était le seul moyen de battre le bloc néerlandais." Van De Vijver termine deuxième derrière Leontien Van Moorsel, mais remporte le classement par points.

Le Tour de Heidi

360°

Voir en détail

Le Tour de Cycliste Féminin 1993 commence le 27 juillet avec un prologue à Paris. Jeannie Longo impressionne et termine avec une vitesse moyenne de plus de 45 km/h. Leontien Van Moorsel prend le maillot jaune de leader dans la quatrième étape et ne le lâchera plus. Dans l'étape reine, qui comprend la montée du Tourmalet, Heidi Van De Vijver termine deuxième derrière un Van Moorsel inapprochable. Dans l'étape finale avec l'arrivée à l'Alpe d'Huez, Van De Vijver montre ses talents de grimpeuse et termine troisième. Sa forte performance se traduit par une deuxième troisième place consécutive au classement final.

Un mois après le Tour cycliste, le Tour de la C.E.E. prend le départ à Rochester, en Angleterre. Pour la première fois, Van De Vijver prend le départ en tant que leader d'une équipe entièrement belge. Outre Kristel Werckx, Anne-Marie Cooreman, Vanja Vonckx, Anja Lenaers et Godelieve Janssens ont également leur place dans l'équipe. La Canadienne Clara Hughes remporte le prologue. Un jour plus tard, Van De Vijver est inégalé. Elle se détache à plus de cent kilomètres de l'arrivée et roule en solitaire jusqu'à l'arrivée. Van De Vijver gagne l'étape et prend le maillot jaune. Le reste de la course est contrôlé par une équipe belge performante : "Sur le plat, je pouvais compter sur une très forte Kristel Werckx, qui était ma plus grande rivale dans son propre pays, mais qui s'est complètement sacrifiée pour moi dans le Tour. Heidi utilise elle-même la tactique du coureur du Tour espagnol Miguel Indurain, qui a déjà deux victoires du Tour à son actif. "Contrôler la course, contrer et suivre les principaux concurrents."

Contrôler la course, contrer et suivre les principaux concurrents.
Heidi Van De Vijver

Les exploits de Heidi dans le cadre du Tour sont relatés quotidiennement dans la presse nationale, bien qu'il s'agisse d'un article de cinq lignes et d'une photo sporadique. Au fur et à mesure que la course avance, l'intérêt des médias augmente. Lorsque Van De Vijver réussit à conserver le maillot jaune tant convoité jusqu'à Cambrai, même certains journalistes se rendent en France. Les meilleures performances de Heidi Van De Vijver sont récompensées par un reportage dans Sportweekend. Cela est également autorisé. En dehors du prologue, elle fait un "Romain Maeske" en roulant en jaune du début à la fin. Sur le podium, Van De Vijver est flanqué de Leontien Van Moorsel et de la Russe Aleksandra Koliaseva.

19 ou 18 ?

La victoire de Van De Vijver (Tour) a secoué la fédération néerlandaise de cyclisme. Un an plus tard, trois cyclistes féminines - Heidi Van De Vijver, Patsy Maegerman et Anne-Marie Cooreman - ont reçu leur premier statut professionnel. Ils font partie du projet Flanders 2002, où des jeunes ont la chance de goûter au cyclisme professionnel pendant quelques années. Une véritable révolution, car l'année de sa victoire, elle n'avait reçu que pour la première fois un soutien financier et matériel de la ligue ( !). Avant cela, elle devait tout payer elle-même. Grâce à la victoire de Heidi et à la persévérance de l'entraîneur de l'équipe, Kristel Herremans, la Belgique et la fédération de cyclisme découvrent que les femmes peuvent aussi faire du (bon) cyclisme. Cela met fin à la déclaration audacieuse, mais frappante, de la cycliste de haut niveau néerlandaise Monique Knol en 1993 : "Chez vous [en Belgique], le cyclisme féminin est encore à l'ère pré-chrétienne.

Heidi a-t-elle gagné le Tour de France féminin ou non ? La Belgique peut-elle revendiquer 19 victoires du Tour au lieu de 18 ? Le maillot de leader jaune vif, sponsorisé par le Crédit Lyonnais, laisse présager le meilleur, mais les drapeaux européens sur la poitrine suscitent des doutes. Au moment où Heidi gagne, le Tour de France Féminin n'existe plus. Cependant, l'organisation à l'origine du Tour de la C.E.E. reste l'A.S.O., successeur de la Société du Tour de France et fondateur du Tour actuel pour les hommes. Une chose est claire : Heidi Van De Vijver remporte en 1993 une course à étapes de renommée internationale dont le calibre est au moins comparable à celui du Tour Féminin. C'est à vous de juger.

L'ascension et la chute du Tour de Cycliste Féminin

Avec la disparition du Tour Féminin en 1989, Longo voit une quatrième victoire finale consécutive s'envoler en fumée. Elle ne gagnera pas le Tour de la C.E.E. non plus. La Française est en désaccord avec sa propre fédération de cyclisme et ne peut pas compter sur une sélection pour une course à étapes avec les équipes nationales. Longo est obligée d'accepter cette décision, mais à sa manière, elle parvient à satisfaire la Fédération Française de Cyclisme. Elle suit chaque étape du Tour de la C.E.E. sur un vélo de course avec un sac à dos dans le sillage de la caravane des suiveurs.

Longo et son mari-entraîneur Patrice Ciprelli imaginent alors leur propre circuit. Ils convainquent leur ami Pierre Boué-Merrac d'organiser une nouvelle course à étapes française. L'ex-journaliste Boué-Merrac, fasciné par le cyclisme féminin depuis un certain temps, a été heureux de répondre à la demande de Longo. Le Tour de Cycliste Féminin est né. Et Boué-Merrac est sérieux à ce sujet. En 1993, il prend le départ de sa course sous la Tour Eiffel, au moment où les hommes effectuent leurs derniers tours de piste sur les Champs-Elysées dans leur Tour de France... Le début d'une lutte de pouvoir entre Boué-Merrac avec son Tour de Cycliste Féminin et la Société du Tour de France avec son Tour de la C.E.E.

En 1998, la bataille entre les deux organisations semble être définitivement réglée. A.S.O., le successeur de la Société du Tour de France, se heurte au terme "Tour" dans la course à étapes française et oblige l'organisation à changer de nom. Boué-Merrac renomme sa course en La Grande Boucle Féminine Internationale. Le nom à consonance grandiloquente ne peut empêcher la course de s'éteindre lentement. En 2004, aucune nouvelle édition n'a eu lieu en raison de divergences d'opinion. En 2005, la course est réduite à une semaine et en 2006, elle est concurrencée par la Route de France, une autre nouvelle course à étapes française pour les femmes. En 2009 a lieu la dernière édition provisoire du Tour cycliste/Grande Boucle.

Heidi Van de Vijver

Heidi Van de Vijver, née le 31 décembre 1969 à Bornem, est une coureuse cycliste belge. Elle est la fille de Paul Van De Vijver (nl), coureur professionnel belge des années 1960.

serviceKoers - FR

Votre navigateur ne répond pas aux exigences minimales requises pour afficher ce site web. Les navigateurs ci-dessous sont compatibles. Si vous ne disposez pas d'un de ces navigateurs, cliquez sur l'icône pour télécharger le navigateur souhaité.