concours disparus
longue lecture
interview
retro

Herman Vanspringel est Bordeaux-Paris et vice versa. La douce félicité de la bénédiction

18min temps de lecture   par Stijn Vanderhaeghe le 25 août 2022
Herman Vanspringel, toujours aussi passionné, parcourait encore 60 à 65 kilomètres à vélo deux à trois fois par semaine. Une broutille par rapport au mois qui précédait Bordeaux-Paris, le traditionnel marathon de 585 kilomètres en moyenne, qu'il a remporté pas moins de sept fois. Un record qui reste à jamais sur les tables. Une journée d'entraînement de plus de 350 kilomètres - y compris les courses (de foire) - était alors la règle plutôt que l'exception. À la fin du mois, il avait facilement 6 000 kilomètres de vélo dans les jambes. Vanspringel a participé dix fois à la légendaire course de fond et est monté sur le podium tout aussi souvent : un exploit unique. A la recherche du secret de la préparation, du matériel et de la tactique du seul et unique Monsieur Bordeaux-Paris...

Une histoire qui nous ramène au printemps 1967. Environ deux ans auparavant, Herman Vanspringel a signé son premier contrat professionnel fin juillet 1965 avec l'équipe belge Dr. Mann dirigée par Frans 'Swa' Cools. Son palmarès comprend des courses telles que Gand-Wevelgem, Bruxelles-Ingooigem, Cras-Avernas et Hoeilaart-Diest-Hoeilaart. Aussi modeste que tout cela puisse paraître, l'Anversois qui a autant de pouvoir que de manières est promis à un très grand avenir. Et c'est ce qui s'est passé ... bien que dans les premiers mois de 1967, cela s'avère être une petite déception.

"Cette année-là, j'ai participé pour la première fois à la course Bordeaux-Paris", raconte Vanspringel. "Je me souviens avoir voyagé en France avec beaucoup de nervosité. La peur de l'inconnu et bien sûr l'énorme distance. Je n'avais jamais parcouru un parcours de 557 kilomètres auparavant. Je ne pouvais pas évaluer cela à l'époque. Et encore moins que je sache si la préparation que j'avais faite était suffisante. Pourquoi ai-je absolument voulu participer à un tel marathon ? Eh bien, j'ai été persuadé par Frans Cools, qui était mon directeur sportif chez Mann-Grundig à l'époque. Mon printemps a été un peu décevant avec une 26e place à Milan-San Remo et une huitième et une dix-huitième place au Tour des Flandres et à Paris-Roubaix respectivement."

"Soudain, il m'a demandé si je pouvais monter Bordeaux-Paris, mais je n'étais pas vraiment enthousiaste. Finalement, je me suis laissé convaincre de m'inscrire", poursuit M. Herman. "Cependant, cette année-là, j'avais les yeux rivés sur le Tour de France. Un an plus tôt, j'ai terminé sixième de mon premier Tour, à un peu moins de six minutes du vainqueur français Lucien Aimar. Bien sûr, je voulais plus. À l'époque, une rumeur persistante circulait dans le peloton selon laquelle toute personne ayant effectué le parcours Bordeaux-Paris était complètement épuisée et donc incapable de jouer un rôle significatif dans le Tour de France. Certains ont même affirmé qu'un tel marathon ponctuel pouvait mettre en péril le reste de votre carrière. À l'époque, je n'avais que 23 ans et, bien sûr, je n'en avais pas du tout envie. Mais Cools a continué à me parler jusqu'à ce que je lui dise que c'était bon. Et regarde... je ne suis toujours pas mort, hein." (rires)

Conduite antisportive

Le dimanche 28 mai 1967, à deux heures du matin, le 67e Bordeaux-Paris prend le départ à Bordeaux. Un total de 25 coureurs se présente au départ. "Ce n'est pas beaucoup, non", poursuit Vanspringel. "Mais il faut tenir compte du fait que chaque coureur avait deux entraîneurs, puis un véhicule de soutien contenant le directeur sportif et un mécanicien, ce qui a coûté assez cher à l'organisation. A cela s'ajoutait le fait que très peu de personnes se sentaient appelées à participer à une course d'une telle distance." (rires)

"Quand nous sommes partis, il faisait encore nuit noire et il n'y a pas de lumières sur les vélos de course, bien sûr. Même pour une course aussi marathonienne, il n'était pas spécialement adapté. Devant nous, il y avait une voiture avec deux gros fahrenzies, et derrière nous, les voitures des différents chefs d'équipe et du directeur de course, qui roulaient de nuit avec des lumières. Nous avons dû nous contenter de ça. Il arrivait parfois que la première voiture disparaisse un peu de la vue et il s'agissait alors toujours de bien paraître et de rester concentré. Mais dans l'ensemble, la visibilité n'était pas trop mauvaise. Même la nuit, surtout dans les villages et les villes que nous avons traversés, beaucoup de supporters regardaient dehors quand nous passions. En à peine cinq minutes, tout le monde était passé. C'était unique." (enthousiaste)

"Lors de ma première participation, j'aurais pu et peut-être dû gagner. À ce moment-là, nous avions convenu avec tous les participants que nous nous arrêterions à environ 50 kilomètres avant de devoir entamer la dernière ligne droite derrière les dernies. Au bord de la route, chacun pouvait faire une dernière petite ou grande chose, changer ses vêtements de nuit pour des vêtements de jour et ainsi de suite. C'était une loi non écrite que tout le monde devait respecter ce rendez-vous."

Vous deviez vous assurer de trouver des toilettes à temps, car il n'y en avait que trois pour tous les participants. Mon soigneur Mon Stuyck s'est assis sur une toilette une demi-heure à l'avance pour en garder une de libre pour moi.
Herman Vanspringel

"Seul le Belge Georges Van Coningsloo n'en a pas tenu compte et a continué à rouler sans s'arrêter. Un an plus tard, l'organisation a introduit un arrêt au stand obligatoire de quinze minutes pour éviter que de tels comportements antisportifs ne se reproduisent. Comme Van Coningsloo n'a pas respecté les règles officieuses, il avait une avance de dix minutes avant d'atteindre les dernies. L'oiseau s'était envolé. Je me suis alors immédiatement lancé à pleine vitesse. Dix minutes d'avance à 350 kilomètres de l'arrivée, ce n'est pas insurmontable. Du moins, c'est ce que je pensais. Van Coningsloo, cependant, est resté presque constamment à dix minutes."

"Frans Cools était à la fois mon meneur de jeu sur le derny et mon pilote sportif en 1967. Allez plus vite, Frans, allez allez', je criais sans cesse. Ça l'a probablement énervé. 'Oh, calme-toi Herman, ce Van Coningsloo va bientôt se tuer', dit-il, un peu agité. Mais je savais ce que je faisais. Je sentais qu'il y avait encore une marge de progression, j'étais vraiment bien ce jour-là. Cools, cependant, voulait faire les choses à sa manière et a vu tout se mettre en place. Jusqu'à ce que nous soyons pris dans une énorme averse à une centaine de kilomètres de l'arrivée dans la vallée de Chevreuse. Frans portait des lunettes noires et a manqué un virage à un moment donné. Il a tourné dans la cour d'une ferme. J'étais juste de ce côté de la route et je n'avais pas d'autre choix que de le suivre directement à la ferme. Nous avons donc perdu encore plus de temps précieux."

"Après la faute de Frans, mon entraîneur de réserve Gaston De Wachter est entré en course avec qui j'ai fait un dernier effort. Au final, j'ai terminé à une minute et sept secondes du vainqueur Georges Van Coningsloo. Quand on sait que j'étais sur mon vélo depuis 13 heures, 56 minutes et 45 secondes, la différence est minuscule. J'étais très en colère et frustré. Normalement, j'aurais dû remporter cette édition, car j'étais le meilleur homme de la course. Noël Foré a terminé troisième à trois minutes et a complété le podium belge. Avec Willy Bocklant, Willy Monty, Jos Spruyt, Théo Mertens et Ward Sels, nous avons terminé cette année-là avec pas moins de huit compatriotes dans le top 10".

Cuisses de poulet, sandwichs et bananes

On a rarement vu un coup aussi puissant pour un débutant. Toutefois, à l'époque, Vanspringel ne savait comment se préparer pour une course comme Bordeaux-Paris. "Vous ne pouvez pas vraiment vous entraîner pour ces quelques 600 kilomètres de course", admet-il. "Pour me préparer, je participais généralement à des courses de kermesse ou à d'autres courses d'environ 150 à 200 kilomètres un mois avant la course. Avant le départ, je m'étais déjà entraîné sur environ 80 kilomètres et après la course, j'ai continué à rouler derrière un derny jusqu'à ce qu'il fasse nuit et que ce soit trop dangereux. Ces jours-là, je parcourais facilement 350 à 400 kilomètres. Avant de prendre le départ la première fois, je n'avais jamais parcouru 600 kilomètres. Vous ne pouvez pas le faire en un jour. Et puis, bien sûr, il faut parfois se reposer et pas seulement s'entraîner. Disons que pendant ce mois de préparation, j'ai essayé de faire la distance réelle de la course dix fois."

"Si j'ai suivi un régime spécial entre-temps ? (commence à rire) Ça n'existait pas à l'époque. J'ai juste mangé comme d'habitude. Et pendant la course ? Oh, il y avait occasionnellement le cul de poulet la nuit. Sandwichs et bananes aussi. Il s'agissait surtout de ne pas trop manger, car cela peut vous rendre gravement malade pendant la course. Surtout que personne n'a l'habitude de manger beaucoup le soir. Il ne sert à rien de se gaver de toutes sortes de choses à un tel moment, juste pour avoir quelque chose à manger. Par exemple, j'ai eu une fois la diarrhée pendant un Bordeaux-Paris. J'ai dû m'arrêter quelque part avant d'arriver au derny's, qui est arrivé à peu près à la moitié de la course. À partir de ce moment-là, il m'était impossible de m'arrêter et abandonner n'était pas dans mon vocabulaire. En entrant dans une ville ou une autre, je m'asseyais au milieu du trottoir pour faire ce que je devais faire... Et puis je continuais. Le jus d'avoine apporte un peu de soulagement dans ces moments-là. Ou simplement de l'eau, car les boissons spécifiques pour le sport et la récupération sont apparues bien plus tard. Derrière le Derny, il s'agissait ensuite d'attraper rapidement un petit quelque chose à manger, car manger à un rythme aussi torride n'est pas une mince affaire."

En termes d'équipement, je n'ai rien utilisé de spécial, c'était un vélo de route ordinaire que j'utilisais tout au long de l'année. Il avait cependant un plus gros engrenage : un 55-13, ce qui était un gros engrenage à l'époque.
Herman Vanspringel

"À un tel moment, vous avez besoin de toute votre concentration pour rester dans cette roue le plus longtemps possible. En termes d'équipement, je n'ai rien utilisé de spécial, c'était juste un vélo de route ordinaire que j'utilisais toute l'année. Cependant, un engrenage plus grand y était monté : un 55-13, ce qui était un gros engrenage à l'époque. Vous pouvez rouler assez vite avec ça, vous savez (rires). Lors du Bordeaux-Paris le plus rapide que j'ai fait, ma vitesse moyenne sur toute la distance était d'un peu plus de 46 km par heure. Pour le reste, on n'a pas touché à la moto."

"A partir de 1968, à Châteauroux, on avait la pause obligatoire de 15 minutes avant la dernière partie derrière les dernies. Cette pause devait vous permettre de vous débarrasser de vos vêtements de nuit, de vous rafraîchir, de mettre des vêtements frais, de manger et de boire quelque chose rapidement, d'aller aux toilettes et de repartir. Ce n'était pas un vrai repos, car quinze minutes, ce n'est pas du tout du temps. De plus, vous deviez vous assurer de trouver des toilettes à temps, car il n'y en avait que trois pour tous les participants. Mon seigneur Mon Stuyck s'est assis sur une toilette une demi-heure à l'avance pour en garder une de libre pour moi." (rires)

Cassé est cassé

A l'époque, la distance Bordeaux-Paris variait de 550 à 620 kilomètres selon le lieu d'arrivée. "Parfois, nous arrivions dans une ville de banlieue juste avant ou après Paris et cela faisait une différence de quelques dizaines de kilomètres", explique Vanspringel. "Au final, cela ne fait pas une grande différence. Lorsque vous êtes en panne à la fin d'une course, chaque kilomètre est un kilomètre de trop. Mais l'inverse est également vrai : lorsque vous êtes bon, vous ne vous souciez pas de savoir si vous devez parcourir dix, vingt ou soixante-dix kilomètres supplémentaires. Il va sans dire que j'étais brisé à chaque fois que j'arrivais à l'arrivée, mais compte tenu de tout, j'étais encore assez frais en même temps parce que j'avais du surplus."

"Je me suis éloigné à chaque fois à 200 ou 150 kilomètres de l'arrivée, le moment où mon pacer Gaston a commencé à être nerveux. (rires) J'ai donc progressivement construit une avance de dix à quinze minutes. Au final, j'ai toujours pu rouler au rythme qui me convenait le mieux. Je n'avais pas besoin d'aller constamment à fond à cause de cette énorme avance. Cependant, ces cent derniers kilomètres ont été les plus durs. Dans la vallée de Chevreuse, vous êtes constamment confrontés à de petites montagnes de un à trois kilomètres. Lorsque vous êtes habitué à rouler avec un grand plateau et que vous devez soudainement passer à un petit rapport avec déjà 500 kilomètres dans les jambes... Cela fait vraiment mouche à un tel moment. Attention, dans une classique "normale" comme le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix, vous pouvez avoir le même sentiment. Cassé est cassé. En soi, la distance n'a pas d'importance à ce moment-là. Vous pouvez tomber en panne n'importe où et n'importe quand."

"Après Bordeaux-Paris, il n'y avait généralement aucune chance de récupérer, car le lendemain, un critérium de derny de 100 km nous attendait. J'ai souvent trouvé le voyage vers ces lieux pire que les critères eux-mêmes. (rires) Parfois, ces endroits étaient si éloignés les uns des autres que vous deviez rouler toute la nuit pour arriver à temps. Vous avez à peine eu le temps de vous allonger dans un arrière hôtel pour dormir quelques heures."

100 000 francs et un drapeau

En 1968 et 1969, Herman Vanspringel se concentre à nouveau sur le Tour de France et ignore délibérément Bordeaux-Paris pendant un certain temps. "Après ma première participation en 1967, je ne suis revenu au départ qu'en 1970", poursuit-il. "Cette année-là, j'ai gagné pour la première fois. Bien sûr, trois ans plus tôt, j'avais déjà acquis beaucoup de confiance en moi en terminant injustement à la deuxième place. J'ai emporté cette expérience - également en termes de préparation et ainsi de suite - de sorte qu'à partir de 1970, je me suis toujours présenté au départ à Bordeaux avec un très bon moral. Celui qui veut me battre ici aujourd'hui, devra sortir de sa pipe sacrément fort', vous connaissez ce sentiment.

"Ce n'est qu'en 1981 - lors de ma dernière participation le dimanche 17 mai - que j'ai douté un instant, car à 37 ans, je n'étais plus aussi bon. Le désespoir a soudainement frappé. Lorsque je me suis rendu au point de départ, j'ai pensé : "Je ne veux pas perdre maintenant, dans ma dernière année...". Et puis j'ai encore gagné avec un peu moins de dix minutes d'avance. (rires) Ferdi Van Den Haute, qui a neuf ans de moins, a terminé deuxième à 9 minutes et 56 secondes. Je considère cette septième et dernière victoire comme la meilleure, car j'avais tellement de doutes avant. Pendant la préparation, je ne me suis jamais senti à cent pour cent et si vous pouvez gagner de cette façon, eh bien...".

"Il reste dommage que je doive partager à jamais une de mes victoires, celle de 1974, avec le Français Régis Delépine. Pourquoi ça ? Eh bien, c'est une histoire très stupide. À un certain moment, j'avais, comme d'habitude, dix minutes d'avance sur tout le reste. Jacques Goddet, qui était directeur de la course à l'époque, était en tête et la gendarmerie française roulait devant lui. Je les ai suivis sans savoir qu'ils roulaient en fait dans le mauvais sens. Si j'avais soudainement fait le contraire, tout le monde m'aurait traité de fou ? La police et Goddet ont soudainement tourné à gauche, alors qu'ils étaient apparemment tout droit. Après six ou sept kilomètres, ils ont soudain réalisé qu'ils allaient dans la mauvaise direction. Ils se sont empressés de chercher la route la plus courte possible pour revenir sur la bonne voie, mais entre-temps, j'avais perdu six minutes de mon importante avance sur le premier poursuivant. Avec sept kilomètres supplémentaires dans les jambes, je me suis finalement remis sur les rails."

"Que faites-vous alors ? Roulez à toute vitesse pour creuser l'écart, bien sûr. Et ça s'est arrangé petit à petit. J'ai même creusé mon avance d'un quart d'heure à l'arrivée. Puis vient la cérémonie protocolaire habituelle. J'étais prêt à rentrer de Paris quand un journaliste belge est venu me dire que j'avais été déclassé. Mon directeur sportif, mon pacer, mon accompagnateur et moi-même sommes tous tombés du ciel, bien sûr. Je venais d'être honoré en tant que gagnant, n'est-ce pas ? Il s'est avéré que le règlement de Bordeaux-Paris stipule littéralement que les coureurs participants sont censés connaître le parcours par cœur. Ce n'est pas un hasard si un Français, Delépine, est arrivé deuxième ce jour-là et c'est là que le chauvinisme des Français entre en jeu. Bien sûr, je suis immédiatement allé chercher des informations."

"Je ne pouvais pas réfuter ce que les règles officielles disaient, mais c'était quand même ridicule. Lorsque la police et le directeur de la course ont roulé sur la gauche, j'ai dû continuer tout seul, sans aucune indication. Quelle folie, mais apparemment tout était bon pour que le Français monte sur le podium. Et c'est ce qui s'est passé... Ils n'ont pas osé me retirer du classement à la fin, alors ils ont déclaré un ex aequo. Malgré le fait que Delépine soit arrivé un quart d'heure après moi, il a obtenu le même temps d'arrivée. (tourne les yeux) Ridicule."

"Bien que je doive ajouter, en toute équité, que les Français m'ont donné le premier prix complet. À l'époque, c'était l'équivalent de 100 000 francs belges (un peu moins de 2 400 euros), des fleurs et un petit drapeau, mais je ne l'ai plus. (rires) Non, ce n'est certainement pas beaucoup pour une telle course et puis j'ai dû le partager avec le pacer, parce qu'il ne l'a pas fait pour le plaisir non plus. Donc Bordeaux-Paris, ce n'était vraiment pas pour l'argent. Certainement pas si l'on considère que vous avez toujours travaillé très dur pour l'obtenir plus d'un mois auparavant. J'ai également abandonné l'entraînement, et pas seulement pendant la course.

"Tu es un idiot, toi !"

Vanspringel s'est finalement présenté dix fois au départ de la célèbre course de marathon. Il a terminé sur le podium dans la capitale française le même nombre de fois : sept fois à la première place, deux fois à la deuxième place et une fois à la troisième place. C'est parti ! "Quand j'ai terminé troisième en 1979, j'ai fait une mauvaise chute", dit Vanspringel. "Mais j'ai décidé de continuer, ce qui était totalement irresponsable. J'aurais dû m'arrêter, mais vous savez comment un coureur fonctionne. Ce n'est pas comme un footballeur. (rires) Si vous vous écrasez à 60-65 km/h... C'est un coup de chance que je sois tombé à côté d'une broderie, sinon j'aurais été fini, car je parle de l'époque où il n'était pas nécessaire de porter un casque. Comment cela s'est-il passé ? Eh bien, ma chaîne n'est pas allé sur le treizième. Mon mécanicien le réparait depuis la voiture. Soudain, j'ai probablement failli sur la poignée de la porte de la voiture et je suis tombé. Oh bien..."

Herman Vanspringel
Quand j'ai terminé troisième en 1979, j'ai fait une mauvaise chute. Mais j'ai décidé de continuer, ce qui était totalement irresponsable. J'aurais dû m'arrêter, mais vous savez comment un coureur fonctionne. Ce n'est pas comme un joueur de football.
Herman Vanspringel

"Je trouve toujours dommage que Bordeaux-Paris ait cessé d'exister à la fin des années 80. Si vous voyez ce qu'ils font aujourd'hui pour organiser des courses dans le monde entier, ce qui entraîne des distances très longues pour tout le monde... Aujourd'hui, il n'y a jamais assez de distance : le Tour de Chine, les courses WorldTour au Canada, le Giro en Israël, etc. Et ils laissent une course traditionnelle aussi propre que Bordeaux-Paris se perdre. (coups) Et puis ils ont laissé se perdre une aussi belle course traditionnelle que Bordeaux-Paris. Donc je ne comprends pas ça."

"Est-ce que la génération actuelle de coureurs pourrait encore faire cela, faire une course de 600 kilomètres ? Bah oui, ils peuvent tous le faire, mais ils doivent avoir envie de rouler bien sûr. Ces hommes gagnent tellement d'argent, pourquoi devraient-ils travailler dur pendant une course aussi marathonienne ? Roger De Vlaeminck me l'avait déjà dit à l'époque : "Tu es fou de faire une telle course ! Je lui ai dit qu'il était possible que je sois fou, mais que je voulais simplement gagner autant que possible. Roger ne voulait clairement pas travailler dur pendant un mois et plus. J'étais heureux de le faire, car je savais que j'étais bon dans ce domaine et que j'avais de bonnes chances de gagner. S'il y avait encore eu des marathons à mon époque, j'y aurais probablement participé."

Herman Van Springel

Herman Van Springel est un coureur cycliste belge, né le 14 août 1943 à Ranst et mort le 25 août 2022 à Grobbendonk à 79 ans. Professionnel de 1965 à 1981, il a remporté Bordeaux-Paris sept fois, ce qui lui a valu le surnom de « Monsieur Bordeaux-Paris ». Il a également gagné le Tour de Lombardie en 1968, Paris-Tours en 1969, le Grand Prix des Nations en 1969 et 1970. Il s'est classé deuxième du Tour de France 1968 en perdant le maillot jaune le dernier jour au profit de Jan Janssen pour 38 secondes, le plus petit écart alors entre les deux premiers (jusqu'en 1989) et du Tour d'Italie 1971 et troisième du Tour d'Espagne 1970. Vainqueur de cinq étapes individuelles sur le Tour de France, il en a remporté le classement par points en 1973.

serviceKoers - FR

Votre navigateur ne répond pas aux exigences minimales requises pour afficher ce site web. Les navigateurs ci-dessous sont compatibles. Si vous ne disposez pas d'un de ces navigateurs, cliquez sur l'icône pour télécharger le navigateur souhaité.