longue lecture
retro

Docteur Dries Claes (1923-2009) : pionnier de la guidance cycliste intégrale et sincère

12min temps de lecture   par Stijn Knuts & Bart Vanreusel le 12 mai 2022
Herentals, un soir de 1964. La salle d'attente bond√©e du cabinet m√©dical s'impatiente. Le docteur Claes prend son temps. Jusqu'√† ce que la porte du cabinet s'ouvre enfin. Un athl√®te en tenue de cycliste appara√ģt, son v√©lo de course en bandouli√®re. Qui va chez le m√©decin avec son v√©lo? Mais pas d'hilarit√© ici. Dans la salle d'attente, les souris sont encore sous le choc. Rik Van Looy, empereur r√©gnant des Herentals, sort. Au cours de la consultation, le docteur Claes s'est non seulement occup√© de l'√©tat de sant√© de Van Looy, mais a √©galement am√©lior√© sa position sur le v√©lo, discut√© de son r√©gime alimentaire et lui a donn√© quelques conseils en mati√®re de gestion.

Le médecin sportif Dries Claes peut être considéré comme un pionnier dans le domaine du coaching sportif intégral de haut niveau. Il applique ses connaissances médicales principalement au cyclisme, ce qui fait que son nom sera toujours lié à celui de Rik Van Looy. Après tout, il est son médecin du sport, son mentor et son confident. Mais Claes est bien plus que cela. Pendant des décennies, dans la Flandre d'après-guerre, il a été une voix morale dans le sport, une conscience pour l'environnement sportif et un moteur pour de nombreuses organisations sportives.

Fondateur de la médecine du sport

Dries Claes est né le 20 juin 1923 à Nijlen, un village de tailleurs de diamants dans la Campine anversoise. Son père est un marchand de diamants, et de 1921 à 1932 également maire. Pendant sa jeunesse, il était un attaquant talentueux au FC Nijlen. En 1946, Claes est allé étudier la médecine à l'université de Louvain. Il devient membre de l'équipe de football de l'université et rejoint également le club de football local, le Daring Club Leuven. Le futur médecin a passé beaucoup de temps avec et parmi les athlètes, se passionnant ainsi pour le coaching sportif et la science du sport. Au cours de ses études de spécialisation en dermatologie et en physiothérapie, Claes a également rencontré Johanna Van Haesendonck, à l'époque infirmière et laborantine, avec laquelle il a fondé une famille de sept enfants.

En 1953, Claes et son √©pouse s'installent √† Herentals, o√Ļ le m√©decin fra√ģchement dipl√īm√© ouvre un cabinet. Retour √† ses racines dans la Campine. Claes n'a pas tard√© √† y trouver son premier partenaire sportif: Ren√© Baeten, garagiste, voisin et coureur de motocross talentueux. Le soutien que lui apporte Claes est couronn√© de succ√®s : en 1957, Baeten devient le premier champion du monde belge de motocross dans la cat√©gorie 500cc. Mais ce moment de gloire a √©t√© suivi trois ans plus tard d'un coup de massue: Baeten a perdu la vie lors d'une course de motocross √† Stekene. Cet √©v√©nement tragique a profond√©ment marqu√© Claes et l'a renforc√© dans son combat pour un sport d√©cent, contre les exc√®s du sport de performance.

Vous parlez d'une obsession ! Tous les coureurs ici sont obsédés par ce complexe de Dries Claes.
Luc Lemmens

Entre-temps, le cabinet m√©dical de la Kapucijnenstraat √† Herentals devient progressivement un nom connu dans le monde du sport. Les joueurs de football y font soigner leurs blessures, les gymnastes et les coureurs, comme le m√©daill√© olympique Karel Lismont, s'y font examiner et les cyclistes s'y rendent pour obtenir des conseils d'entra√ģnement fond√©s sur des donn√©es m√©dicales. Non seulement Rik Van Looy, qui rend visite √† Claes depuis ses premi√®res ann√©es de cyclisme, mais aussi Ward Sels, Herman Van Springel et une star internationale comme Felice Gimondi - en plus de nombreux cyclistes moins connus - frappent √† leur porte.

Déjà en 1959, Luc Lemmens, une connaissance de Claes, lui écrit au sujet de sa réputation dans le peloton : "Si seulement je me faisais examiner par le médecin du sport de Herentals, alors les choses s'amélioreraient... Vous parlez d'une obsession ! Tous les coureurs ici sont obsédés par ce complexe de Dries Claes." Parallèlement à l'accompagnement personnel des athlètes, Claes s'est également consacré au développement institutionnel et infrastructurel de la médecine sportive en Flandre. En 1985, il a cofondé l'Association flamande pour la médecine et les sciences du sport, tout en participant à la création du BLOSO Medical Top-Level Sports Lab, situé, comme par hasard, dans sa ville natale de Herentals. Ses publications pour des éditeurs universitaires et ses discours lors de conférences sur la médecine sportive montrent également que Claes reste toujours un scientifique.

Catholique engagé

Dans son accompagnement des athl√®tes, Claes ne s'int√©resse pas seulement au physique. Lors de ses consultations, il s'enquiert √©galement du bien-√™tre mental de l'athl√®te. Pour le m√©decin, les deux constituent ensemble la base d'une bonne et saine pratique sportive. Cette approche globale correspond √† la conviction religieuse de Claes. Prendre le cyclisme et les sportifs en g√©n√©ral sous son aile n'est pas un but en soi. L'√©ducation catholique du fils de la Campine a √©t√© fortement influenc√©e d√®s son plus jeune √Ęge par les id√©es du "p√®re du cyclisme" Antoon van Cl√©. Ce norbertin de l'abbaye de Tongerlo se consacre depuis 1936 √† ce qu'il appelle la "r√©habilitation morale du sportif". Il s'efforce ainsi d'assurer l'apostolat dans le sport, la diffusion du message catholique parmi les sportifs. Il veut ramener √† la foi ces figures symboliques du monde moderne, s√©cularis√© et de tous ses dangers moraux.

Pendant longtemps, l'√Čglise catholique s'est oppos√©e au cyclisme professionnel et commercial, qui - avec ses courses de foire, ses supporters et ses c√©l√©brit√©s - √©tait souvent le mauvais exemple par excellence de la mani√®re dont le sport ne devait pas √™tre pratiqu√© selon la doctrine catholique. Au lieu de condamner et d'√©viter les cyclistes, Van Cl√© les recherche afin de leur (r√©)inculquer la foi catholique. Et il est cr√©dible, car le p√®re est lui-m√™me un cycliste passionn√©. C'est m√™me au cours de ses voyages √† v√©lo qu'il noue ses premi√®res amiti√©s avec des coureurs cyclistes. Des cyclistes de haut niveau comme Romain Maes - vainqueur du Tour en 1935 - font bient√īt partie de son r√©seau et participent √† ses activit√©s sportives en pleine expansion, avec des p√®lerinages de coureurs Sporta et m√™me une r√©ception de la d√©l√©gation belge au Giro d'Italia par le pape Pie XII √† Rome.

Dries Claes est entré en contact pour la première fois avec le Père sportif Van Clé en 1946, qui, à l'époque, institutionnalisait son travail sportif sous le nom de Sporta, abréviation de "apostolat sportif". Claes devient l'abonné numéro vingt du magazine bimensuel Sporta-Zon. Peu de temps après, le médecin lui-même convoque sa première réunion Sporta. Elle se déroule dans le bar sportif débordant du cycliste professionnel Dolf van Peer, sur la Bevelsesteenweg, dans son village natal de Nijlen. C'est le début d'un engagement de toute une vie envers l'organisation, dans laquelle il devient rapidement une figure cruciale. Claes est rédacteur en chef du magazine Sporta pendant dix-sept ans et président de l'association de 1953 à 1964. Pendant les années 1970 et 1980, il est également président du conseil d'administration.

Surtout apr√®s la mort de Van Cl√©, Claes devient l'araign√©e dans la toile de Sporta, l'un des stimulateurs des nombreuses activit√©s - camps de jeunes, journ√©es d'√©tude, conf√©rences... - de l'association. Dans ces activit√©s, le v√©lo reste sa principale pr√©occupation. En 1955, il a √©t√© l'un des fondateurs de ce que l'on appelle les "√©coles de cyclisme", des centres de formation o√Ļ la formation, l'entra√ģnement et le destin g√©n√©ral des jeunes cyclistes sont centraux. Cette initiative a ensuite donn√© naissance √† l'√Čcole flamande de cyclisme. L'√©cole de cyclisme actuelle, avec sa vaste piste d'entra√ģnement au centre sportif BLOSO de Herentals, est un h√©ritage direct du travail de Claes. Le vaste centre Sporta de l'abbaye de Tongerlo - qui √©tait √† l'√©poque la base op√©rationnelle du p√®re Van Cl√© - a √©galement vu le jour gr√Ęce √† ses efforts.

Réseautage dans le sport (cycliste)

En plus d'√™tre un m√©decin du sport et un organisateur sportif, Dries Claes est aussi un faiseur d'opinion. Ses points de vue, ses plaidoyers et ses critiques sur le sport sont lus dans tout le pays. Il organise des r√©unions et rencontre de nombreuses personnalit√©s, souvent dans son salon √† domicile. En outre, il entretient une correspondance suivie avec toutes sortes de personnalit√©s du monde du sport. Dans les ann√©es 1950, Claes a correspondu avec Karel Van Wijnendaele, ic√īne du journalisme cycliste flamand et cofondateur de Sportwereld (1912). Rik Van Looy est un facteur de liaison important. En 1957, Van Wijnendaele √©crit √† Claes qu'il rendra visite √† Van Looy, avec qui il "en tant que Flamand, aimerait √©changer la main, le salut d'amiti√© √† celui-ci de la Campine."

Van Wijnendaele - Koarle - veut m√™me √©crire un article pour Sporta-Kerel, le successeur de Sporta-Zon auquel Claes a souscrit avec tant d'enthousiasme en 1946. Van Wijnendaele lui-m√™me n'est apparemment pas du tout satisfait de l'√©tat des choses dans le cyclisme et veut se mettre au service des objectifs de Sporta et de Claes "dans un monde qui a tendance √† pourrir, avec des coureurs qui arrivent √† 20 000, 30 000 ou 50 000 francs pour jouer les v√™tements bourgeois, enfiler la combinaison de course [sic] et tourner dedans. Une idol√Ętrie qui fait presque cracher." En tant que Flamand de l'Ouest √† l'esprit commercial, Koarle se m√©fiait n√©anmoins beaucoup de Van Cl√© et de ses travaux cyclistes √† la fin des ann√©es 1930. √Čtait-ce par crainte d'√™tre consid√©r√© comme catholique et donc subjectif par les autres journalistes?

Cependant, après la reprise de son Sportwereld neutre par le journal catholique Het Nieuwsblad en 1939, cette attitude attentiste change rapidement. Dans les années 1940 et 1950, les relations entre Sporta et Van Wijnendaele - qui a même été salué comme un précurseur dans le magazine Sporta en 1952 - sont devenues extrêmement cordiales. M. Van Wijnendaele est d'accord avec l'"amélioration morale du cyclisme" à laquelle aspire Sporta. Lui-même exige toujours un exemple moral des cyclistes flamands qu'il loue dans ses écrits. Néanmoins, Van Wijnendaele reste un journaliste sportif, toujours à la recherche de nouvelles sur le cyclisme. Le 25 septembre 1958, il demande soigneusement à Claes si la rumeur selon laquelle Rik Van Looy quitterait son équipe cycliste Faema est vraie.

Activiste contre le cyclisme féminin

Lorsque, dans les années 1950, de plus en plus de femmes s'aventurent dans le cyclisme de compétition, Sporta s'y oppose fermement. Dans le cadre de Sporta-Kerel - qui porte bien son nom - tous les membres sont même appelés à signaler toutes les courses de femmes qui ont lieu dans leur région, afin que Sporta puisse les prévenir. Claes incarne cette attitude conservatrice. En 1958, par exemple, il écrit à un annonceur d'une course cycliste à Turnhout - qu'il avait entendu annoncer une course cycliste féminine - qu'il est déçu par lui: "Vous savez aussi bien que moi que le cyclisme féminin n'est actuellement qu'un amas de sensations de bas étage, même assaisonné d'un peu de perversité."

Vous savez aussi bien que moi que le cyclisme féminin n'est actuellement qu'un amas de sensations de bas étage, même assaisonné d'un peu de perversité.
Dries Claes

Une telle vision paternaliste du cyclisme f√©minin n'est pas √©trange pour l'√©poque. Nombreux sont ceux qui continuent de penser, comme avant la guerre, que les femmes ne peuvent pratiquer que des sports correspondant √† leur "gr√Ęce naturelle" et √† leur "faiblesse physique", comme la natation et la gymnastique. La souffrance sur un v√©lo de course ne fait pas partie de cette liste, car elle est trop "masculine". Pour le p√®re Van Cl√© √©galement, de nombreux sports f√©minins sont avant tout une exhibition ind√©sirable de la chair.

Vers 1958, Sporta et Claes ont même conclu un accord formel avec tous les journaux catholiques belges pour ne plus faire de publicité pour les courses cyclistes féminines. Pourtant, il s'avère difficile de garder tous les journalistes catholiques dans le droit chemin. Un différend survient lorsque deux journaux catholiques, la Gazet van Antwerpen et le français La Cité, publient quand même les résultats des courses féminines. De plus, Het Nieuwsblad-Sportwereld s'avère ne pas toujours être un bon élève. Le point de vue de Claes reste cependant inchangé, même après que la Fédération royale belge de cyclisme ait inclus les femmes cyclistes dans son fonctionnement en 1959. Ce n'est qu'au début des années 1970 qu'il ajuste ses vues et sa vision, et qu'il devient même le promoteur des premières campagnes Sport-Pour-Tous destinées aux femmes.

Empoisonneur du dopage

Déjà dans les années 1950, l'utilisation de stimulants était une pratique très répandue chez les cyclistes. Willem Van Wijnendaele - fils de Karel - avait déjà mis en garde contre les risques sanitaires de Sportwereld pendant l'entre-deux-guerres. Il récidive en 1950 en publiant, à titre d'avertissement, une liste de produits fréquemment utilisés dans le journal. Comme Willem l'écrit à Claes en 1958, cela n'a guère d'effet. Au contraire : certains coureurs découpent la liste pour pouvoir passer des commandes!

En tant que médecin et Sporta-adepte, Claes s'intéresse au bien-être physique et mental des athlètes. De ce point de vue, il considère qu'il est de son devoir de prendre une position stricte contre le dopage, un engagement auquel il reste fidèle tout au long de sa carrière. Non seulement il écrit dans les années 50 sur les dangers du dopage dans le magazine Sporta et fait des présentations sur ce thème lors des événements Sporta, mais sa correspondance montre aussi qu'il soutient activement quiconque veut attirer l'attention sur ce problème.

En tant que m√©decin, il se documente de mani√®re tr√®s approfondie sur tous les aspects du dopage : son cabinet est rempli de rapports sur le probl√®me. Dans les ann√©es 1970, il a √©galement √©t√© membre d'une commission antidopage mise en place par le gouvernement, o√Ļ il a eu l'occasion de contribuer efficacement √† la politique, et il a entretenu des contacts avec le professeur De Backere de l'universit√© de Gand, un chasseur de dopage notoire. Est-ce une co√Įncidence si Edwig Van Hooydonck, double vainqueur du Tour des Flandres et l'un des poulains de Claes dans les ann√©es 1980, est l'un des rares anciens coureurs au palmar√®s vierge qui agite le d√©bat actuel sur le dopage?

Plus qu'un médecin du sport

Dries Claes est décédé le 28 octobre 2009. Il a passé ses derniers mois dans une maison de repos. Une fin de vie calme pour un homme infatigable. Il est clair que Claes est plus qu'un autre faiseurs d'opinion sur le sport de l'après-guerre (catholique). Tant dans le mouvement sportif catholique, dans le cyclisme que dans la médecine sportive, il est une figure de proue et d'orientation. Et puis son importance pour le développement et la promotion de l'idée du sport pour tous en Flandre reste sous-exposée dans cette contribution. Ses contacts internationaux en tant que scientifique du sport et son influence sur les débuts de la politique sportive en Flandre ont également été négligés. Les riches archives et les nombreux écrits de Dries Claes ont été préservés. Le sport, et le cyclisme en particulier, appelle une biographie volumineuse.

serviceKoers - FR

Votre navigateur ne r√©pond pas aux exigences minimales requises pour afficher ce site web. Les navigateurs ci-dessous sont compatibles. Si vous ne disposez pas d'un de ces navigateurs, cliquez sur l'ic√īne pour t√©l√©charger le navigateur souhait√©.