Championnat du monde de cyclisme sur route
retro

Obtenir le maillot arc-en-ciel de Zolder. Comment un Suédois a donné le titre mondial à la Flandre

9min temps de lecture   par Tieneke Van de Velde le 13 septembre 2022
Une énigme suédoise, semble-t-il. Les fans de cyclisme désespérés me dévisagent quand je leur parle du champion du monde 2002 à Zolder. Oui, Mario Cipollini, il est dans la mémoire, mais son homologue féminin ? Le silence. Cependant, elle a remporté la Primavera Rosa, s'est classée deuxième dans La Grande Boucle, a gagné trois fois le Giro della Toscana et a remporté deux fois l'or à un championnat du monde : Susanne Ljungskog. Une liste d'honneurs dont on peut être fier et pourtant le nom ne me dit rien. Il est temps de changer cela.

La passion de Susanne pour le cyclisme a commenc√© √† l'√Ęge de 12 ans. Un coll√®gue de son p√®re avait un fils qui faisait du v√©lo, alors le p√®re Kjell a demand√© √† sa fille si elle voulait essayer. La jeune Susanne s'est r√©v√©l√©e tr√®s t√īt une v√©ritable passionn√©e de sport : elle a pratiqu√© le football, le handball et le ski alpin. Le cyclisme a fait l'affaire. "Une semaine apr√®s que mon p√®re me l'a sugg√©r√©, une course de jeunes a eu lieu dans ma ville natale de Halmstad", se souvient Susanne. "J'ai √©t√© imm√©diatement convaincu. C'√©tait merveilleux : on sent le vent nous fouetter et on voit beaucoup de choses en chemin. J'aimais que mon corps puisse faire √ßa. Apr√®s cette course, alors que j'avais 12 ans, j'ai dit √† mes parents : "Maman, papa, un jour je vais gagner le championnat du monde de cyclisme". J'ai aim√© le cyclisme d√®s le premier jour !"

Vlaanderen 2002

Susanne travaille dur et cela porte ses fruits : en un rien de temps, elle devient un talent international du cyclisme. Et cela n'√©chappe pas non plus √† une √©quipe f√©minine belge. En 2000, Christel Herremans a dirig√© la section f√©minine de l'ambitieux projet cycliste Flandres 2002, soutenu par le gouvernement flamand - dans le cadre de l'ambitieux projet politique du m√™me nom - pour mettre notre √Čtat f√©d√©ral sur la carte en mati√®re de sport. Sous les auspices du sponsor Remi De Moor, du manager Fons Leroy et de la ministre flamande de l'Emploi et des Affaires sociales Leona Deti√®ge, l'√©quipe cycliste Vlaanderen 2002 est √©galement en train de devenir un nom connu dans le cyclisme f√©minin. L'√©quipe m√®ne ses activit√©s de mani√®re extr√™mement professionnelle, plaide aupr√®s de l'UCI en faveur d'un statut professionnel pour les femmes et, fait non n√©gligeable, verse m√™me un salaire √† ses coureurs. Jusque-l√†, c'√©tait unique dans le circuit f√©minin.

Par l'interm√©diaire de Herremans, le d√©j√† multiple champion su√©dois s'inscrit dans le projet Flandres 2002. "Apr√®s les championnats du monde de Plouay, o√Ļ j'ai termin√© quatri√®me en 2000, j'ai d√Ľ chercher une nouvelle √©quipe. J'ai contact√© Christel et je lui ai dit : "Je pense que vous avez une bonne √©quipe, puis-je me joindre √† vous ?" La question de Susanne arrive √† un moment id√©al. En effet, malgr√© le nom et l'angle r√©gional, Christel Herremans et ses coll√®gues regardent aussi au-del√† des fronti√®res nationales. "Au d√©but des ann√©es 2000, nous n'avons pas trouv√© assez de coureurs flamands pour constituer une √©quipe √† part enti√®re", explique Fons Leroy, alors manager de l'√©quipe. "C'est pourquoi nous avons opt√© pour un m√©lange de cyclistes √©trangers de haut niveau et de jeunes talents locaux. De plus, gr√Ęce √† ces grands noms, nous avons eu acc√®s √† des courses √©trang√®res de renom comme la Primavera Rosa, le Tour d'Italie, le Tour de l'Aude,...".

Comme la Néerlandaise Debbie Mansveld, le talentueux Ljungskog s'inscrit parfaitement dans cette stratégie et a signé un contrat de deux ans. Susanne garde un excellent souvenir de son passage à Flanders-T-interim : "C'était l'une des équipes féminines les mieux organisées du moment. Nous étions présents au départ des grandes courses, nous avions des vélos Eddy Merckx de qualité et nous avions un bon personnel, avec d'excellents masseurs."

Préparation méticuleuse

Le championnat du monde à Zolder devait être le point culminant du projet pluriannuel Vlaanderen 2002. L'équipe féminine Flanders-T-interim avait le vent en poupe et Susanne avait aussi le vent dans les voiles. "L'année 2002 a été considérée comme ma meilleure année", fait-elle savoir. "J'ai terminé deuxième du Tour de France et j'ai remporté de nombreuses courses. Mais le parcours des championnats du monde ne me convenait pas car le circuit de Terlaemen est relativement plat et je ne suis pas un sprinter de course pure. Je savais qu'il serait difficile de gagner la course. Heureusement, j'avais méticuleusement élaboré ma stratégie."

Le Suédois n'a rien laissé au hasard dans la course à ce championnat du monde. "Trois mois à l'avance, je suis allé repérer le parcours. J'ai couru les cinq derniers kilomètres 50 fois sans exagération. Parce que je savais que ce serait la partie décisive. Je connaissais tous les virages, chaque millimètre de l'asphalte là-bas."

Avant les championnats du monde, j'ai pris cinq kilos : non seulement à cause des protéines, mais aussi parce que je mangeais beaucoup de sucreries !
Susanne Ljungskog

Dans sa pr√©paration, elle a √©galement tenu compte du mauvais temps de l'automne. "√Čtant originaire de Su√®de, je suis habitu√© au froid et √† la pluie. Lorsque j'ai roul√© sur La Grande Boucle quelques mois auparavant, j'√©tais extr√™mement vif. Ma graisse corporelle avait √©t√© r√©duite au minimum √† cause de l'escalade. Mais avant le championnat du monde, j'ai beaucoup mang√© : ce serait sans doute une course de costauds et je voulais prendre quelques kilos suppl√©mentaires. J'ai √©galement entra√ģn√© les muscles de mes bras et je me suis concentr√©e sur mon tronc, car je me suis d√©j√† rendu compte que cela allait devenir une guerre d'usure", pr√©cise Susanne. "Apr√®s le Tour de France, j'ai non seulement d√©vor√© plus de prot√©ines, mais aussi beaucoup de sucreries. J'avais cinq kilos de plus avant ce Championnat du Monde qu'au Tour."

Sit back, relax, take it easy

Pourtant, Susanne était loin de figurer sur la feuille de départ. "Après les championnats du monde 2000 à Plouay, j'avais été exclu de l'équipe nationale suédoise. Prétendument parce que je n'avais pas suivi les ordres de l'équipe pendant la course et que je m'en étais pris à mon propre coéquipier", raconte Susanne. "Malgré les récriminations, je savais que je ne l'avais pas fait. Mais cela a brisé mon rêve : sans équipe nationale, on ne peut pas aller aux championnats du monde ou aux Jeux olympiques. "

Ljungskog a r√©pondu par les p√©dales. D√®s la premi√®re course de la saison suivante, elle frappe inexorablement : dans la Primavera Rosa, la version f√©minine de Milan-San Remo, les autres doivent c√©der. "Apr√®s cette course, le directeur de l'√©quipe m'a appel√© pour s'excuser. Une chose chanceuse. Sinon, je ne serais jamais devenu champion du monde √† Zolder." Avant le d√©but du CM, la Su√©doise avait d√©j√† d√©cid√© de sa tactique : "Rester sur place, garder son calme et √©conomiser son √©nergie", se souvient Susanne. "J'√©tais fermement convaincu : cela se terminera par un sprint du peloton quoi qu'il arrive et j'aurai alors besoin de mes jambes les plus fra√ģches. Parce que d√®s que je passerai √† l'attaque, je le paierai cash √† la ligne d'arriv√©e. Tout au long de la journ√©e, cette phrase me hantait : 'Assieds-toi, d√©tends-toi, vas-y doucement'."

Tumblepertes

À mi-parcours, trois femmes ont choisi le parcours de la course : la Suissesse Nicole Brändli, gagnante du Giro, l'Espagnole Joane Somarriba, gagnante du Tour, et l'Australienne Sara Carrigan, championne du contre-la-montre. "Non, ils n'étaient pas des moindres", convient Susanne. J'ai immédiatement sauté de la selle et je me suis dit : "Ok, maintenant je dois suivre". Mais j'ai quand même décidé de dériver tranquillement avec le peloton. "Asseyez-vous et détendez-vous", vous savez. Les trois coureurs de l'échappée ont continué à creuser leur écart. A deux tours de l'arrivée, la panique s'est emparée de Susanne : "Des pensées de malheur me sont venues à l'esprit : Putain ! Je vais perdre le titre mondial ! Parce que je me sentais si fort ce jour-là, mes jambes avaient des ailes." Heureusement, juste à ce moment-là, le peloton reprend de la vitesse.

En entrant dans le dernier tour, le trio pédale toujours avec une minute d'avance sur le peloton. Ljungskog essaie de garder la tête froide. "'Ok, peut-être qu'on a encore une chance,' je me suis dit. Mais à cinq kilomètres de l'arrivée, une partie du peloton est tombée à plat. Heureusement, je n'étais pas moi-même parmi eux. Et soudain, dans les trois derniers kilomètres, la Néerlandaise Mirjam Melchers place une attaque. J'ai pensé : "C'est ma chance", "Je dois la suivre". La Biélorusse Zinaida Stahurskaya saute immédiatement dans ma roue et toutes les trois nous créons un écart."

√Ä cause de la pluie, le parcours de Terlaemen se transforme progressivement en patinoire, avec les herbes folles qui l'accompagnent. Et une autre volte suit √† trois kilom√®tres de la ligne : "Nous avons tourn√© √† droite, mais Mirjam est entr√©e dans le virage de mani√®re beaucoup trop imprudente. Elle a fr√īl√© les nadars de si pr√®s que je savais qu'elle allait s'√©craser. Et voil√† que Mirjam et Zinaida sont tomb√©es." Sa connaissance des cours ne fait pas de mal √† Susanne. Elle d√©cide de passer en solo jusqu'aux trois leaders. Dans les cinq cents derniers m√®tres, elle se connecte enfin. Elle a parfaitement chronom√©tr√© son sprint et s'est lanc√©e √† fond dans les deux cents derniers m√®tres. "J'ai franchi la ligne d'arriv√©e en premier. C'√©tait de la magie pure. Moi, un Su√©dois, j'ai gagn√© le CM ! "Je suis le meilleur du monde !" r√©sonnait dans ma t√™te."

Des jambes remarquables

La joie a également éclaté dans le camp Vlaanderen 2002. Fons Leroy s'en souvient encore très bien : "Le titre mondial à Zolder est arrivé un peu à l'improviste pour nous. Nous savions que Susanne était en pleine forme, même si elle nous a surpris en surclassant les coureurs classiques sur un parcours de billard plat.

Pourtant, par la suite, le choix vestimentaire de Susanne en particulier a laiss√© les Belges stup√©faits. La Su√©doise s'est couronn√©e championne du monde √† Zolder... en short √† bretelles des Vlaanderen-T-interim ! Ce qui n'a pas √©chapp√© √† l'Ňďil observateur du ministre des Sports Guy Vanhengel, qui √©tait pr√©sent. "Dans un discours, le ministre Vanhengel n'a pas seulement fait l'√©loge de la r√©ussite de Susanne, il a √©galement fait r√©f√©rence √† son cuissard √† bretelles", sourit Fons Leroy, "C'est en fait l√† que nos francs sont tomb√©s pour la premi√®re fois. En raison du design bleu et jaune, nous ne l'avions pas imm√©diatement remarqu√© au d√©part." Ou comment un banal morceau de tissu r√©v√®le une histoire habilement ficel√©e.

Susanne Ljungskog

Susanne Ljungskog est une coureuse cycliste suédoise, née le 16 mars 1976 à Halmstad. Professionnelle de 1999 à 2010, elle compte de nombreux succès dont deux titres de championne du monde sur route.
serviceKoers - FR

Votre navigateur ne r√©pond pas aux exigences minimales requises pour afficher ce site web. Les navigateurs ci-dessous sont compatibles. Si vous ne disposez pas d'un de ces navigateurs, cliquez sur l'ic√īne pour t√©l√©charger le navigateur souhait√©.